Le dialogue social au cœur des débats de la dernière Matinale RH

La quinzième Matinale RH s’est tenue ce mardi 13 juin à l’ESC Clermont et elle s’intitulait : « Promouvoir le dialogue social, sortir d’une culture de conflit pour trouver des zones de compromis favorisant l’émergence de situations avantageuses pour chacune des parties ». 

Le dialogue social est un sujet crucial pour la performance globale de l’entreprise et concerne tous les acteurs de l’entreprise. C’est en l’occurrence, ce que les intervenants de cette table ronde ont exprimé. 

Après avoir défini le cadre d’exercice du dialogue social et de ses évolutions avec notamment l’obligation de diffusion des accords signés, Rémi Masset, Avocat spécialisé en droit social, fit part du projet porté par l’Institut National de l’Emploi et du Travail et de la Formation Professionnelle d’élaborer un socle commun de formation pour toutes les parties prenantes du dialogue social, la complexité étant souvent le premier frein à la négociation.

Madame Bernadette Fougerouse, Directrice de l’Unité Départementale de la Direccte du Puy-de-Dôme, s’attacha quant à elle, à présenter la représentativité syndicale dans le département et le nombre d’accords d’entreprise signés : 864 en précisant leur nature et l’origine syndicale des signataires. La majorité de ces accords sont alignés sur les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) et concernent pour l’instant des domaines peu innovants. Ensuite trois témoins sont venus éclairés à partir de leurs expériences et de leurs convictions ce thème. Il s’agit de Corinne Brivois, Présidente UD 63 CFE CGC, qui a suggéré d’orienter le dialogue social autour des questions de santé et de qualité de vie au travail. Elle a insisté sur la nécessité de revenir sur les fondamentaux des relations professionnelles : écoute, considération, partage de l’information, co-construction… Enfin, deux Directeurs des Ressources Humaines : Denis Gagne (CSP) et Solange Rigot Letourneur (Escot) ont illustré à partir de leur vécu ce que doit être selon eux le dialogue social, là encore ont prévalu, le pragmatisme, le bon sens et aussi le temps de la co-construction…Sans être dupes des difficultés présentes, ils ont insisté sur la volonté générale indispensable pour parvenir à des accords, sources de performance globale de l’entreprise et de bien-être au travail.

Prochaine Matinale RH le 3 octobre, avec au programme « Managers de proximité et professionnels de la RH : quelle collaboration ? »

Haut