Phil Fasquel, prof d’anglais… et photographe expose à l’Ecole du 26/01 au 10/02

IMG_1881

‘That’s where it’s at’: New York pris sur le vif, la nouvelle exposition de Phil Fasquel, à découvrir à l’Ecole du 26 janvier au 10 février 2017.

Philippe Fasquel est professeur d’anglais à l’Ecole, comédien et metteur en scène. La photographie, c’était jusque-là son jardin secret. Un jardin qu’il cultive, dans l’ombre, au quotidien. Il a longtemps hésité à livrer son travail au regard public. Il l’avoue volontiers, la technique ne l’intéresse guère.

Poésie urbaine 

Sa photo se doit d’être instinctive. Cadrage, expression, teintes ou formes: l’idée de la photo surgit comme une évidence. D’où la prédominance de la ‘street photography’ dans ses clichés. L’artiste est viscéralement attaché à l’environnement urbain. Sa première série de photos de rue date de l’été 2012 quand il explore le centre-ville d’Atlanta. Depuis trois ans, il arpente les rues des capitales européennes pour saisir une attitude, un fragment de vie, une texture ou un détail d’architecture.

L’autre visage de L’Amérique

En août dernier, il retourne aux Etats-Unis. Retrouvailles avec la ville de tous les fantasmes, trente ans après une mythique escapade de jeunesse. New York, c’est là que ça se passe – d’où le titre de l’exposition.  Petit clin d’œil à la chanson de Sam Cooke aussi. Comme à son habitude, il marche beaucoup et se plait à se perdre. Tiré au cordeau, Manhattan lui offre une errance contrôlée. Posant son œil décalé sur un personnage, une façade ou une fantaisie citadine, il tente de capturer l’âme des habitants et le corps des bâtiments. Avec du temps et de l’instinct, la Grosse Pomme accepte de livrer quelques-uns de ses secrets à qui sait la croquer.

L’exposition est dédiée à Marin, victime d’une agression sauvage à Lyon il y a quelques mois et toujours en soins intensifs et rééducation.

Pour découvrir le travail de Phil Fasquel, rendez-vous sur Facebook.

Haut