RSE, un élément capital de la qualité

En janvier 2019, la mission RSE de l’Ecole va entrer dans une nouvelle phase d’intégration et de développement, en lien avec le service Qualité et Accréditations. Car, – c’est pour ce service une évidence   – la qualité et la RSE sont intrinsèquement liées, ne serait-ce qu’au niveau des accréditeurs qui portent une attention particulière à l’engagement des Ecoles. Explications avec Isabelle Boiron et Alexandra Ford-Antignac.

Les raisons d’une nouvelle organisation

La RSE n’est pas un concept nouveau, et comme le prouve la lecture des articles du dossier, les initiatives et projets RSE au sein de l’Ecole n’ont pas attendu la création de la Direction Q&A pour voir le jour. Un début de traitement plus formel et structuré de la RSE s’est dessiné à l’Ecole au moment de l’étape de l’éligibilité de la première demande d’accréditation AACSB en 2005, puis lors des renouvellements consécutifs. Or, une fois l’éligibilité obtenue, la décision d’octroyer l’accréditation AACSB ne repose pas pour autant sur une étude approfondie et construite de la qualité de la RSE au sein d’une Ecole. En effet, les critères d’évaluation AACSB ont une portée plus large au niveau institutionnel dans son ensemble, sans référence spécifique à la RSE. C’est au moment, donc, de la préparation du dossier et de l’audit EPAS pour le programme Bachelor, commencé en 2017 et achevé en novembre dernier, que la Direction Q&A a conduit des réflexions plus concrètes sur la dimension RSE du Groupe ESC Clermont. A la différence d’AACSB, l’accréditation EPAS repose sur la RSE de manière beaucoup plus explicite et notable, tant au niveau institutionnel que sur le plan du programme évalué.

Le développement d’une politique plus claire et visible de la RSE au sein du Groupe ESC Clermont a donc été initié et s’est trouvé renforcé grâce au processus d’accréditation EPAS. La Direction Q&A a en effet été amenée à collecter, recenser et répertorier tout ce qui est fait en termes de RSE aux niveaux de l’Institution et du programme Bachelor évalué. Un certain nombre d’actions RSE touchant notre environnement ont pu être réalisées parallèlement, autant de concrétisations tangibles.

Au lendemain du processus d’accréditation EPAS et à la lumière de ces constats, il semble aujourd’hui essentiel de travailler à l’organisation de la dimension globale RSE au sein du Groupe ESC Clermont et de mettre en valeur nos réalisations.

Le champ d’application de la RSE

Il est difficile de trouver un cadre figé pour ce concept en constante évolution. Quelques définitions pratiques et déclinaisons de la Responsabilité Sociétale des Entreprises peuvent toutefois nous être utiles et nous guider :

– le Pacte mondial des Nations Unies, dont notre Institution est signataire, incite les entreprises, à travers ses 10 principes*, à :

  • mener leurs activités de façon responsable en alignant leurs stratégies et leurs opérations avec dix principes relatifs aux droits de l’homme et du travail, à l’ environnement et à la lutte contre la corruption;
  • prendre des mesures stratégiques pour faire progresser les objectifs sociaux plus larges, tels que les objectifs du développement durable des Nations Unies, en mettant l’accent sur la collaboration et l’ innovation .

– Principles for Responsible Management Education (PRME) engage les écoles de commerce et de gestion à s’assurer, en s’appuyant sur six principes**, qu’elles fournissent aux futurs dirigeants les compétences nécessaires pour équilibrer les objectifs économiques et de développement durable, tout en attirant l’attention sur les Objectifs de développement durable (ODD) et en alignant les établissements universitaires sur le travail du Pacte mondial des Nations Unies.

– la RSE est un concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire (Commission européenne)

– la RSE est la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable (Ministère français de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie)

– la Norme ISO 26000 définit la responsabilité sociétale comme la responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique qui :

  • contribue au développement durable y compris à la santé des personnes et au bien-être de la société
  • prend en compte les attentes des parties prenantes
  • respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes internationales
  • est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations

Parlons d’actions !

Par la suite, la constitution d’une « Task force RSE » avec les parties prenantes internes et externes (voir infra) permettra l’examen annuel des actions menées, une réflexion collective sur les avancées souhaitables et les projets à lancer. Un rapport annuel sera produit, à intégrer au rapport d’activité de l’Ecole.

* https://www.unglobalcompact.org/what-is-gc/mission/principles

** http://www.unprme.org/about-prme/the-six-principles.php

Top