Les étudiant(e)s tiennent la distance

Après un premier volet sur la mise en place de la continuité pédagogique à l’Ecole avec les témoignages d’enseignants, il est à présent logique de nous pencher de l’autre côté de l’écran, avec ce que vivent les étudiantes et étudiants de l’Ecole. Un article à suivre, qui s’enrichit de jour en jour !

Distance etudiant | ESC Clermont BS

Lison Prabonaud, étudiante en Bachelor 1
Safa Mardi, étudiante en Bachelor 3 Vente et web marketing/retail
Flavie Veillaut, étudiante en Bachelor 3 Vente et web marketing/retail
Estelle Jouve, étudiante en Bachelor 3 et en double-diplôme à Padoue
Jeremy Manaranche, étudiant en MGE2
Maxime Cochin, étudiant en MGE2
Alexandre Cayrel, étudiant en MGE2


Lisa | ESC Clermont BSLison Prabonaud, étudiante en Bachelor 1

Actuellement en 1e année de Bachelor, comment se passe le passage en cours à distance après un premier semestre sur place ?

Le passage des cours à distance a clairement changé notre mode de travail et surtout nous a forcés à une autonomie complète. Personnellement, j’ai été bien formée dans mon lycée pour le travail en autonomie donc le fait d’avoir les cours à distance ne perturbe pas l’efficacité de mon travail. Cependant je sais que certains élèves ont plus de mal à tenir le rythme, mais ils suivent quand même les cours par vidéo-conférence.  Les professeurs sont quand même présents avec nous par mail et par vidéo-conférence pendant les périodes de cours ce qui est assez rassurant. De plus, nous devons passer nos partiels par internet ce qui était inquiétant au début car certains ont des problèmes de connexion ou d’autres doivent partager l’ordinateur avec leur famille. Les partiels ont commencé lundi dernier et ce fut assez simple d’y faire par internet cela a rassuré plus d’un élève. Durant les partiels chaque professeur est présent pendant toute la durée de l’examen, c’est aussi rassurant.

Qu’est-ce qui est appréciable dans le fait de continuer ses cours à distance ?

Le fait de continuer les cours à distance en a ravi plus d’un ! Plus sérieusement je pense qu’il faut rester attentif à sa concentration avec ce mode d’enseignement. De plus, les vidéo-conférences nécessitent une connexion internet sur une longue durée ce qui peut être compliqué si nos parents sont en télétravail où s’il y a des petits problèmes techniques (microcoupures à cause de la bande passante, un micro qui fonctionne mal, une question ou une réponse qu’on n’entend pas…). Un des points positifs du confinement c’est que nous avons créé un nouveau type de relation avec les professeurs qui prennent plus systématiquement de nos nouvelles.

Comment le lien entre étudiants se maintient ?

Nous avons de la chance que notre génération soit connue pour être adaptée aux réseaux sociaux, ce qui nous permet de garder contact constant entre nous. De plus nous réalisons aussi des vidéo-conférences entre nous ou des apéros en facetime. Certains professeurs nous encouragent d’ailleurs à maintenir un lien constant entre nous même si nous suivons scrupuleusement le #restezchezvous !

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Je suis un programme de coaching sportif personnalisé tous les jours (chez moi, logiquement) et je profite de mon balcon quand il y a du soleil !


Safa | ESC Clermont BSSafa Mardi, étudiante en Bachelor 3 Vente et web marketing/retail

Vous êtes dans une filière en alternance (et donc beaucoup dans l’action), comment vivez-vous ce changement de rythme ?

Pour ma part, le confinement m’a permis de rattraper mon retard sur les travaux scolaires. Étant donné que j’ai été en chômage partiel sur le mois de mars, j’ai pu me concentrer uniquement sur mes cours et les travaux de groupe. Cependant, le drive de mon magasin (BRICOMAN) est resté quant à lui ouvert et la réception de marchandises n’a pas cessé. A présent le magasin applique un roulement au niveau des salariés pour pouvoir faire travailler tous les volontaires afin d’équilibrer les salaires tout en restant sur un effectif de 13 collaborateurs maximum. Je retourne donc travailler dés lundi pour une durée de 2 semaines, après 2 semaines école très intenses. Je vais enfin sortir après presque 1 mois de confinement.

Quels sont les avantages à continuer les cours en ligne ? Est-ce que vous ressentez que la pédagogie est très différente ?

Au niveau pédagogique, je remercie les professeurs pour leurs implications et leurs temps consacrés pour nous aider, même les week-ends ! Je trouve ça très utile de respecter l’emploi du temps et les heures totales de cours. Quelques fois cela peut paraître long, mais au final on s’en sort bien. Je trouve que les cours sont à la fois plus simples et que nous avons moins de pression mais, en même temps, la charge de travail assez importante.

Comment se passent les relations avec les enseignants/intervenants ?

Pour ma part, la première semaine de cours à distance était très sympa. Les profs étaient vraiment à l’écoute et compréhensifs de la situation concernant nos soutenances. Nous avons aussi eu le privilège de réaliser le business game à distance et c’est super de l’avoir maintenu ! C’était très intense, à s’en arracher les cheveux, mais une très belle expérience. Monsieur Blanchard (enseignant à l’Ecole) a su l’animer parfaitement c’était très sympa.

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Ayant un emploi du temps très chargé depuis la rentrée entre l’école, les devoirs, le travail et le football, j’avoue que j’étais très rarement à la maison. Je me rapproche donc beaucoup de ma famille en cette période de confinement. Cela me permet de partager de nombreux moments avec mon père, mon grand frère et ma petite soeur tels que les jeux de sociétés, les soirées films, les barbecues, la cuisine… J’ai retrouvé la complicité que l’on avait étant enfants. Ces moments sont très agréables et me redonnent beaucoup d’énergie et de motivation pour mes projets. Cela rend mon confinement joyeux et plein de bonne humeur. La famille est encore plus important que l’on ne le croit ! Si j’ai un conseil à vous donner, faites comme moi si vous le pouvez et profitez-en.


Flavie | ESC Clermont BSFlavie Veillaut, étudiante en Bachelor 3 Vente et web marketing/retail

Vous êtes dans une filière en alternance (et donc beaucoup dans l’action), comment vivez-vous ce changement de rythme ?

J’effectue mon année d’alternance dans une entreprise de grande distribution spécialisée dans les articles de bricolage. De ce fait, selon l’article émis par le gouvernement nous faisons partie des enseignes qui doivent être ouvertes. Néanmoins le travail est différent étant donné que nous travaillons uniquement avec le drive ; le magasin n’étant pas ouvert au public. Le rythme de travail est donc beaucoup plus soutenu car nous préparons en moyenne entre 150 et 200 commandes par jour.

Les employés travaillent sous la forme du volontariat avec des protections importantes allant du masque aux gants en passant par les visières de protections. Les règles sanitaires sont omniprésentes et de longues réunions de préparations ont eu lieu avant la décision de rouvrir le magasin en drive. En effet, lors de la première semaine de confinement, le groupe avait décidé que l’ensemble des magasins resteraient totalement fermés. Finalement, après plusieurs conférences téléphoniques tout au long de la semaine avec les dirigeants, la décision de rouvrir les magasins en drive a été prise.

Me concernant, j’ai fait partie des premières dans mon entreprise à avoir déclaré mon volontariat pour travailler dès la semaine suivante. Je suis assez hyperactive et je me voyais mal rester chez moi alors que j’avais la possibilité d’aller travailler.  Dès le premier jour d’ouverture nous avons reçu un nombre important de commandes et un élan de solidarité s’est imposé dans l’entreprise. Désormais nous ne pensons plus chacun pour notre rayon mais chacun pour l’ensemble du magasin.

Finalement, j’aime beaucoup cette méthode de travail. Nous avons la possibilité de travailler en binôme et le fait de pouvoir travailler dans un autre rayon que le sien m’apporte beaucoup en termes de connaissances de produits. De plus, l’ambiance est très conviviale, les journées de travail sont donc agréables.

Quels sont les avantages à continuer les cours en ligne ? Est-ce que vous ressentez que la pédagogie est très différente ?

Dans notre école, nous avons l’avantage de bénéficier de cours en ligne afin de pouvoir valider notre année. Pour ma part, cela limite les frais de transports pour me rendre sur Clermont Ferrand et j’ai la possibilité d’organiser mon temps de travail comme je le souhaite. Dans mon cursus, tous les cours prévus sont assurés, ce qui me rassure étant donné qu’en alternance nous avons peu de semaines de cours.

Cependant, la volonté pour suivre le(s) cours n’est pas la même. Les tentations pour « décrocher » sont très fortes lorsque nous sommes à notre domicile. De plus, étant étudiants en alternance nous sommes en ce moment plus tenté d’aller travailler dans notre entreprise étant donné les conditions et les besoins de ces dernières. La pédagogie est forcément différente étant donné que le professeur ou l’intervenant ne parle pas physiquement à une classe. Il est peut-être un peu plus difficile pour nous d’intervenir et de préparer nos travaux, la plupart étant des travaux de groupe.

Finalement, le plus dur est le manque de relations sociales. Comme je l’ai dit précédemment nous avons peu de semaines de cours et nous aimons les semaines écoles car cela nous permet de tous nous retrouver et de ne plus être dans le cadre du « travail ».

Comment se passent les relations avec les enseignants/intervenants ?

Les enseignants/intervenants sont très présents et répondent rapidement à toutes nos requêtes. Pour moi, les cours se passent très bien et les intervenants sont compréhensifs et adaptent donc leurs cours afin que celui-ci ne soit pas trop long, tout en nous communiquant les connaissances nécessaires. Par exemple, j’ai pu participer au business game qui a eu lieu les 2, 3 et 6 avril derniers. Bien que ce jeu n’ait pas eu lieu en classe, l’animateur du jeu était omniprésent et nous répondait très rapidement en cas de problème, comme s’il était à côté de nous.

Je trouve que l’ensemble de l’équipe enseignante fait tout son possible pour assurer au maximum les cours et je leur en suis reconnaissante !

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Pouvoir profiter de ma famille car je suis confinée chez mes parents avec mon frère. On fait plein de travaux à l’extérieur et on passe beaucoup de moments tous ensemble. Ça fait beaucoup de bien de renouer tous ces liens. Et, bien sûr, nous buvons l’apéritif tous les soirs et ça fait également beaucoup de bien.


Estelle Jouve, étudiante en BACH3 et Double-Diplôme à Padoue

Vous étiez partie en double-diplôme à Padoue cette année, quelle conséquence a eu la crise sanitaire pour vous ?

Le Je suis partie étudier à l’étranger pour ma troisième année de Bachelor dans l’Università degli studi di Padova en Italie afin d’obtenir un double diplôme en Économie. en Italie. Je suis partie le 20 septembre 2019. J’étais sensée finir mon année mi-juillet 2020. Cependant, dû à la crise sanitaire et aux mesures prises pour lutter contre le Coronavirus, mon séjour a été écourté et je suis rentrée en France fin février.
J’ai pris la décision de partir lorsque mon université a annoncé la fermeture de ses portes et que plusieurs villes italiennes ont été mises en confinement. J’ai fait une valise en vitesse et je suis partie le jour même de peur de me retrouver coincée dans ma ville. Je n’ai pas eu recours à un rapatriement, je suis partie juste avant que toutes les mesures soient mises en place, j’ai pu rentrer sans encombre en avion. Tous mes amis français ont pris la même décision. Peu de temps après, Padoue a bien été confinée et l’est toujours actuellement.

Quand je suis partie, je pensais vraiment pouvoir rentrer dans un ou deux mois, que mon séjour n’était pas terminé. Je n’imaginais pas l’ampleur que cette crise sanitaire prendrait. Je ne pense pas maintenant pourvoir retourner à Padoue pour y vivre. J’espère seulement pouvoir faire l’aller-retour afin de récupérer mes affaires et rendre les clés de mon appartement. Comme beaucoup de mes amis, nous sommes partis en catastrophe en emportant juste le nécessaire.

Comment se passent vos cours à distance aujourd’hui ?

Mon université italienne a très vite réagi face à cette situation. Tous mes cours ont été mis en ligne sur une plateforme. Certains professeurs se sont mêmes filmés pour nous donner plus d’explications. Les examens se sont déroulés à la même date que prévue, nous n’avons pris aucun retard. J’ai passé la totalité de mes partiels du second trimestre en ligne. Les écrits se sont transformés en oraux. Nous utilisons le logiciel ZOOM. Les professeurs prennent le temps de faire un entretien individuel pour chaque élève.
L’université a annoncé, il y a quelques jours, qu’elle fermait ses portes jusqu’à la fin de l’année scolaire. La totalité du troisième trimestre se fera donc en ligne. Mon double diplôme n’est pas remis en question, je pourrais le passer sans difficultés. Pour l’avoir, cela dépendra seulement de mes résultats.

Est-ce que cette séquence vous a fait changer de point de vue sur votre parcours à venir ?

Non, mon projet d’avenir reste le même. J’espère avoir mon double-diplôme comme prévu. Mes concours pour les masters devaient déjà se faire en ligne dû à la distance géographique. Donc le rapatriement et le confinement n’y ont rien changé. Je suis seulement déçue que mon séjour se soit fini si vite et si brutalement. Je n’étais pas préparée psychologiquement à faire seulement 6 mois au lieu de 10 comme prévu. J’avais encore de nombreux projets.
Je tire tout de même un bilan positif de ce rapatriement forcé. Cette expérience m’a permis de me préparer à l’inconnu et à l’imprévu que la vie réserve.

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Le truc qui rend mon confinement plus agréable est le sport. Je peux ainsi continuer à me défouler et à me dépenser. Cette activité peut être faite en famille, ce qui rend le moment convivial. Cela permet également de s’occuper pendant 1 heure chaque jour.  


Jeremy Manaranche, étudiant en MGE2, en alternance

Après 2 bonnes semaines en cours à distance, quels avantages et inconvénients percevez-vous dans ce mode de fonctionnement ?

Nous avons pu constater que l’école a fait le nécessaire pour que notre travail soit effectué dans les meilleures conditions, notamment au travers de l’outil Teams qui nous permet de faire nos présentation avec la même qualité qu’en classe physique. Cet outil nous permet également de voir les différentes mises à jour des groupes et de l’emploi du temps de manière facile et je pense que c’est un outil que nous devrions réutiliser à la sortie de ce confinement.

Les cours sont également plus rigoureux à mon sens notamment au niveau de l’écoute et du silence qui règne lorsque l’intervenant prend la parole.
Après il y a aussi certains inconvénients à travailler à distance, je trouve que l’échange avec l’intervenant est plus difficile, le lien social est moins présent derrière un écran. Et puis il peut également y avoir les problèmes de la fameuse bande passante quand on habite à la campagne. Il peut être plus difficile de comprendre une partie de cours, en anglais par exemple, quand on ne reçoit qu’un mot sur trois. 🙂

Pensez-vous qu’être en alternance complique les choses ou, au contraire, que de passer de l’Ecole à l’entreprise est en ce moment encore plus bénéfique ?

C’est bénéfique je trouve, cela permet de sortir du cadre de l’un et de l’autre. En restant à la maison, une certaine forme de routine se met en place et ce n’est pas quelque chose de forcément bon. En alternant entre les cours et le travail, cela nous permet de casser un peu cette routine quotidienne notamment par la réalisation de tâches complètement différentes. Et puis cela permet d’avoir un maximum d’échange et donc de conserver un maximum de liens sociaux avec les autres. Ça fait du bien de parler ou d’entendre du monde, de recevoir des bonnes nouvelles, ça évite de se couper de tout. Pour ma part je continue à travailler à 100% en télétravail pour le compte de l’entreprise Limagrain dont les activités ne sont pas stoppées.

Est-ce que les rapports entre vous et avec les enseignants ont changé ? Et avec vos collègues et votre employeur ?

Au niveau des enseignants, les rapports sont très positifs, les cours sont bien présentés et on peut voir que eux aussi ont dû s’adapter à la situation, chose qui n’est pas toujours facile. Par ailleurs comme j’ai pu le dire auparavant je trouve que l’on perd un peu de cette proximité que l’on peut avoir avec un prof dans un « vrai cours », notamment au niveau de la partie échange.

Au niveau des collègues de travail et de l’employeur, nous avons mis en place des « cafés virtuels » qui sont des petits moments d’une quinzaine de minutes dans la journée ou on organise une réunion Skype entre les services. Cela permet de parler d’autres choses et de respirer un peu. Un groupe de discussion sur whatsapp a aussi été crée pour partager et échanger. C’est, aussi, une bonne chose !

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Tous les soirs je fais des appels vidéos ou des jeux en ligne avec mes proches, cela me permet d’échanger avec eux malgré la distance !


Maxime Cochin, étudiant en MGE2, en alternance

Après 2 bonnes semaines en cours à distance, quels avantages et inconvénients percevez-vous dans ce mode de fonctionnement ?

Après deux semaines ce que nous pouvons relever en priorité est l’investissement de l’école pour ne pas lâcher ses étudiants. Grâce à Teams l’emploi du temps reste identique et nous pouvons suivre l’intégralité de nos cours. L’outil Teams nous permet de suivre les cours, prendre la parole, présenter nos exposés sans difficultés. Les professeurs sont au rendez-vous tous les jours, et compréhensifs de la situation avec des modules et des évaluations retravaillés et adaptés.

L’avantage est de rester chez soi pour suivre ces cours, avec un confort supérieur à la salle de cours et un apprentissage personnel plus poussé car la concentration doit être plus importante à domicile. Le seul inconvénient est sans doutes les problèmes de connexion et de matériel pour certains étudiants, qui ne pouvaient pas parler ou n’entendaient pas le cours. Autrement l’ensemble est plutôt positif, l’investissement est général, malgré une charge de travail plus dense qu’à l’école.

Pensez-vous qu’être en alternance complique les choses ou, au contraire, que de passer de l’Ecole à l’entreprise est en ce moment encore plus bénéfique ?

Je pense que l’alternance est plus bénéfique durant cette dure période, le fait d’avoir des semaines de travail durant ce confinement nous permet de ne pas rester toute la période en cours à domicile qui serait lassante au bout d’un moment. Pour ma part, étant dans un commerce toujours ouvert, le fait de continuer de travailler permet de garder des liens sociaux, de ne pas rester enfermé toute la journée et de participer à notre échelle à la bonne continuité des mesures de santé mises en place et à la mobilité des personnels nécessaire à la vie de l’état (n’oubliez pas, pour la santé de tous #restezchezvous !). Je précise que je travaille chez Euromaster et que nous proposons un service minimum de dépannage d’urgence pneumatique durant toute la période COVID-19…
Ma mission dans l’entreprise est donc ré-aménagée en ce moment afin d’être à 100% disponible en cas d’arrivée ou d’appel d’une Ambulance, médecin, etc, mais cela reste très enrichissant professionnellement.

Est-ce que les rapports entre vous et avec les enseignants ont changé ? Et avec vos collègues et votre employeur ?

Les rapports se sont renforcés pour le côté professionnel, nos responsables sont très à l’écoute et nous appellent régulièrement afin d’avoir des nouvelles que ce soit pro ou personnel, pour savoir ce qui nous manquerait et pour que chacun se sente en sécurité.
Les rapports avec les enseignants sont plus souples, mais la proximité n’est plus la même d’un point de vue des échanges. Mais nous voyons bien les efforts effectués par chacun pour que cela se passe le mieux possible.

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

La technologie dans son ensemble nous permet de rester en contact (appels vidéos, les messageries instantanées) ou de nous divertir (streaming, jeux vidéos)… mais cette période m’a aussi permis d’avoir le temps de reprendre la musique et ma guitare !


Alexandre Cayrel, étudiant en MGE2, en alternance

Après 2 bonnes semaines en cours à distance, quels avantages et inconvénients percevez-vous dans ce mode de fonctionnement ?

Dans notre formation en alternance nous sommes souvent pris par le temps et les cours sont condensés, j’avoue avoir été inquiet de prendre du retard dans notre cours. Après ces deux semaines en cours à distance, je peux souligner l’investissement mis en place par l’école pour réorganiser le déroulement des cours, et pour moi c’est un réel succès.
Les cours se déroulent en visioconférences avec l’outil Microsoft Teams, nous pouvons interagir avec le professeur en direct, poser des questions mais également présenter des travaux de groupes.
Les salles de cours à l’école sont confortables, mais nous allons pas nous le cacher, quel plaisir de pouvoir suivre ses cours de chez sois, d’autant plus que nous ne sommes pas déranger par les bavardages des camarades !
Être à la maison est aussi un inconvénient, car on peut être distrait par son téléphone ou bien par autre chose, il est important de se fixer des règles solides. Certains étudiants m’ont également fait part d’avoir des problèmes de connexion, ou un manque d’équipement…

Pensez-vous qu’être en alternance complique les choses ou, au contraire, que de passer de l’Ecole à l’entreprise est en ce moment encore plus bénéfique ?

En cette période d’épidémie, passer de l’école à l’entreprise est pour moi difficile. En alternance la règle de base est de respecter le calendrier, soit 100% entreprise ou 100% école. Et si ce n’est pas forcément simple à tenir en temps normal, en période de crise je me vois mal ne pas accompagner mes clients quand je suis en période de cours. Dans la grande distribution, c’est l’état d’urgence et les managers ont besoin de toute l’aide que l’on peut leur apporter. Je fais donc mon maximum pour gérer mon activité étudiante et salariée dans le même temps. Si évidemment ce n’est pas de tout repos c’est, dans le même temps, super formateur et ça aiguise le sens des responsabilités…

Est-ce que les rapports entre vous et avec les enseignants ont changé ? Et avec vos collègues et votre employeur ?

Les rapports entre les enseignants et nous n’ont pas changé, mais je remarque tout de même que nos enseignants sont à l’écoute et prêt à répondre à nos questions sur nos inquiétudes.
En entreprise, je suis en contact permanent avec mon directeur régional pour nous organiser par rapport aux directives gouvernementales et les missions adaptées à réaliser. De même avec les collègues de secteurs différents avec qui j’échangeais une fois par mois, aujourd’hui nous nous appelons chaque semaine pour avoir des nouvelles de chacun et également avoir des retours de leur expérience sur le terrain.

Quel est ton (petit) truc ou plaisir pour mieux vivre le confinement ?

Etant habituellement très actif et sportif, j’essaie de pallier en faisant beaucoup d’exercices chez moi via des programmes sur Youtube TV. Et, surtout, je ne manque pas de faire quelques apéro-visios avec mes amis !

Top